Prendre soin de sa mémoire

La mémoire est une fonction du cerveau qui permet de stocker et de restituer diverses informations captées dans l’environnement grâce aux cinq sens d’un individu. Les informations recueillies sont retenues selon leur ordre d’importance grâce à tout un réseau de connexions neuronales complexes et fragiles. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, à l’heure actuelle, les dégénérescences de la mémoire ne sont plus une fatalité et peuvent être prévenue par une bonne hygiène de vie.

L’hygiène de vie et la mémoire

De quelle façon l’hygiène de vie impacte les capacités cérébrales

Au même titre que les muscles du corps humain, les tissus cérébraux ont besoin d’un certain nombre d’éléments en quantité suffisante pour fonctionner de façon optimale. Cela passe par un apport minimum en énergie (acides aminés, protéines, acides gras, oligo-éléments…) mais aussi en oxygène.

A l’inverse, certaines substances telles que l’alcool ou les drogues sont en capacité d’altérer le fonctionnement de la mémoire sur un plus ou moins long terme.

Les aliments à privilégier pour prendre soin de sa mémoire

L’alimentation est à l’origine de toute l’énergie qu’un être humain peut déployer au cours d’une journée. Le cerveau est un organe particulièrement sollicité puisqu’il guide tous nos mouvements de façon inconsciente. Le système cérébral est particulièrement sensible aux carences en vitamines et oligo-éléments. Toute nourriture riche en zinc, magnésium, vitamine B ou vitamine C est une source indéniable d’énergie pour le cerveau. Les fruits secs par exemple sont très riches oligo-éléments tout comme les abats qui assurent également un apport en fer et en vitamines du groupe B. Les bons acides gras comme les omégas 3 et 6 sont eux aussi vitaux au fonctionnement du cerveau. Ils se retrouvent en très grande quantité dans les poissons gras et les huiles végétales telles que l’huile de lin. Les fruits et légumes restent une source sûre de vitamines.

Un train de vie équilibré pour préserver une bonne mémoire

Le rythme de vie imposé aux actifs ne leur permet plus de dormir assez et de récupérer entre leurs activités. Et pourtant, un bon sommeil est grandement favorable pour une mémoire vivace. Bien dormir permet une meilleure collecte des informations reçues par le cerveau dans la journée et favorise donc une meilleure restitution des souvenirs dans le futur. Faire du sport a également un impact sur les fonctions neuronales du cerveau. Le sport permet un meilleur apport en oxygène dans tout le corps, élément vital au bon fonctionnement des organes. Au contraire, le stress et l’anxiété ou encore une vie sédentaire ont tendance à faire décroître le fonctionnement de la mémoire sur le long terme.

Le développement de la mémoire

Entraîner sa mémoire : c’est possible !

Le cerveau est fait de tissus extensibles qui peuvent se travailler tout au long de la vie. Il a d’ailleurs été démontré que des individus peuvent aussi bien perdre des neurones qu’en gagner (en apprenant de nouvelles choses par exemple). Chaque nouvelle information reçue va permettre de stimuler les réseaux neuronaux et de ce fait, favoriser leur prolifération. La mémoire peut donc se renforcer voir augmenter grâce à un entretien intellectuel régulier.

Les exercices pour le maintien d’une bonne mémoire

Les jeux de logique ainsi que les passe-temps tels que les mots croisés, les sudokus ou encore le scrabble sont d’excellents moyens de faire travailler sa mémoire sans y penser. De nombreuses applications sur Smartphone sont d’ailleurs disponibles et proposent des exercices simples et ludiques pour tous ceux qui souhaiteraient entretenir leur mémoire.

Des exercices plus poussés tels qu’apprendre à retenir des numéros de téléphone par cœur ou faire de véritables exercices de mémorisation permettent de développer tout un pan de la mémoire afin que cette dernière soit plus performante lors de la collecte future d’informations.

Quand la mémoire devient défaillante

Signaux d’alertes

L’augmentation du nombre de diagnostic de la maladie d’Alzheimer inquiète de nombreux français sur la possibilité qu’ils soient eux-mêmes sujets à cette pathologie. Et pourtant, oublier des informations telles qu’un prénom ou chercher ses mots arrive à tout le monde de façon plus ou moins fréquente. Ces petits oublis peuvent aussi bien être dus à la fatigue qu’à des troubles de l’attention qui n’ont rien d’alarmant. Au contraire, ne pas retrouver son chemin dans la rue, ne pas être capable de retracer son emploi du temps des derniers jours peuvent être des signaux plus alarmants. Il devient alors nécessaire de consulter pour se rassurer auprès d’un neurologue.

Les recherches sur la mémoire

Les recherches sur les maladies affectant la mémoire avancent rapidement. Elles permettent aujourd’hui d’établir qu’une certaine forme de prévention peut avoir un effet positif sur le développement de ces pathologies. Des chercheurs ont également trouvé des marqueurs sanguins favorisants le développement de telles pathologies ce qui permettrait un diagnostic fiable et plus précoce. Les recherches sur le cerveau restent longue car il s’agit d’un organe que l’on connaît peu et pourtant, les espoirs sont permis pour les années à venir.

VOTRE TARIF