Les moins de 30 ans attirés par l’Economie Sociale et Solidaire

L’Economie Sociale et Solidaire est un mouvement qui fait de plus en plus parler de lui. De part son idéologie dynamique et solidaire, l’ESS semble particulièrement plaire aux moins de 30 ans qui s’y investissent massivement.

Qu’est-ce que l’Economie sociale et solidaire ?

L’Economie Sociale et Solidaire regroupe des entreprises du secteur privé dont l’utilité sociale et la répartition des bénéfices prônent sur les profits personnels. Il s’agit de structures qui vont mutualiser les fonds pour les répartir de façon la plus équitable possible et favoriser la croissance collective. Les coopératives, les associations, les fondations ou encore les mutuelles constituent les principaux acteurs de l’ESS.

L’accès à ce secteur est très règlementé et était jusqu’alors totalement interdit à toute entreprise de type commercial. Depuis peu, les structures pratiquant un commerce équitable et respectant strictement les règles propres à l’ESS (non lucrativité, gouvernance démocratique, utilité collective, indépendance politique) peuvent intégrer ce secteur.

L’Economie Sociale et Solidaire : un mouvement générationnel ?

Une idéologie vieille de plus de 200 ans

On a vu apparaître les premiers regroupements de type mutualiste sous l’impulsion de la Révolution Française. Tout paraissait alors possible aux ouvriers trop longtemps mis de côté. Pour éviter tout regroupement pouvant nuire aux patrons, la Loi Chapelier fut vite mise en place dans les années qui suivirent, interdisant les réunions prônant des idéologies mutualistes. Il faudra attendre 1884 pour obtenir l’abrogation de cette loi. Malgré l’autorisation de libre association promulguée au début du 20ème siècle, la population s’intéresse peu à ce type de mouvement. La condition ouvrière semble être une fatalité et rares sont ceux qui envisagent une économie plus équitable.

Un nouvel élan dans les années 1990

Avec l’arrivée d’Internet, la possibilité des échanges devient infinie. Il est dès lors plus simple de créer des liens, de faire parvenir des informations ou de trouver des associés. Cette évolution a grandement favorisé l’émergence de l’ESS dont les objectifs semblaient inatteignables. Les ouvriers agricoles ont été les premiers à en bénéficier. Rechercher des associés pour mutualiser leurs charges devient une tâche plus aisée et les créations de coopératives se font plus nombreuses. Face à ce nouvel élan, les sociétés de mutuelles décident d’impliquer leurs assurés dans la croissance de leurs entreprises et de garantir à chacun une voix pour les sensibiliser au mouvement mutualiste.

Les causes de l’implication des moins de 30 ans

Une évolution commune

A leur insu, les moins de 30 ans ont grandi en suivant l’évolution de l’Economie Sociale et Solidaire. Les publicités, l’Internet et la promulgation de nouvelles lois ont progressivement fait la promotion d’un commerce équitable et plus juste. La rapidité des échanges liée aux avancées technologiques leur a également permis de baigner dans une culture du partage que les générations précédentes n’ont pas connue. Le commerce équitable est devenu un véritable effet de mode auquel les jeunes de moins de 30 ans sont particulièrement sensibles. Tous ces facteurs leur ont permis de s’imprégner de l’idéologie que prône l’Economie Sociale et solidaire.

Quand le profit individuel est montré du doigt

Depuis quelques années, de nombreuses enquêtes ont permis de dénoncer les profits dégagés par les distributeurs et les grandes marques occidentales au détriment des petits producteurs des pays en voie de développement. L’intérêt financier des actionnaires a été largement souligné ce qui a favorisé l’émergence d’une volonté marqué pour un profit collectif. Les moins de 30 ans y voit non pas une fatalité mais une occasion de montrer plus de solidarité en s’investissant massivement dans des entreprises participant à l’Economie Sociale et Solidaire.

Des mouvements politiques en faveur de l’ESS

Quel que soit les mouvements politiques en place, l’Economie Sociale et Solidaire est grandement mise en avant. La loi de juillet 2014 a d’ailleurs été instaurée pour dynamiser le secteur et favoriser les financements. Une ouverture aux entreprises commerciales s’est progressivement mise en place pour faciliter l’auto-entreprenariat au sein de l’ESS. Pour les jeunes entrepreneurs il est désormais possible de s’investir dans un projet équitable tout en étant soutenu financièrement.

Les moins de 30 ans ont donc vu grandir l’Economie Sociale et Solidaire et ont pu observer les raisons de son succès. Plus à même d’en comprendre les enjeux, ils en seront très probablement les acteurs principaux dans les années à venir.

VOTRE TARIF