L’économie circulaire : de quoi s’agit-il ?

L’économie circulaire est une économie en boucle dont l’objectif est de favoriser la réutilisation des déchets afin de minimiser l’impact de la consommation humaine sur l’environnement. Elle cherche à limiter l’épuisement des matières premières ainsi que le gaspillage des produits finis.

Qu’est-ce que l’économie circulaire

Histoire de l’économie circulaire

Le concept d’économie circulaire est apparu en France vers la fin des années 2000. Suite aux alertes des divers écologistes mondiaux sur l’épuisement de plus en plus précoce des ressources naturelles, les pouvoirs publics prennent progressivement conscience qu’une action politique doit être menée dans ce sens. En France, il faudra attendre la loi du 18 Août 2015 en faveur de la transition écologique pour que les termes d’économie circulaire apparaissent enfin dans les textes de loi.

Les grands principes de l’économie circulaire

  • Réduire l’impact négatif de l’activité humaine sur l’environnement et la santé : la consommation de masse entraîne un épuisement accéléré des ressources naturelles. Bien que renouvelables pour la plupart, ces ressources naturelles peuvent mettre des dizaines d’années avant de revenir à un niveau « normal ». Il est donc primordial de réduire l’impact que la consommation humaine a sur l’écosystème et le développement des ressources.
  • Favoriser un impact positif par des produits apportant une plus-value écologique : le compost est un engrais très bénéfique pour la nature. Ce mélange créé par l’être humain est un exemple de recyclage ayant un impact bénéfique pour l’écologie. A la fois riche et naturel, il convient très bien à tout type de plantation tout en favorisant leur croissance. Les industriels s’évertuent également à chercher des composants à intégrer à leurs produits manufacturés qui, une fois recyclés, pourrait assainir les terres, les eaux ou même servir de carburant.

Application de l’économie circulaire

Les concepts de l’économie circulaire ne peuvent s’appliquer de la même façon selon les biens considérés. C’est pourquoi l’on considère deux grandes catégories de produits.

Bâtiment et produits manufacturés

Les gravats issus du bâtiment constituent la très grande majorité des déchets produits par l’activité humaine. Il s’agit donc de prévoir en amont une éventuelle réutilisation de ces gravats ou du moins de s’assurer de leur recyclage s’ils ne sont plus réutilisables. Leur collecte doit se faire de façon écologique tout comme leur traitement.

La production de masse notamment dans le domaine de la technologie a engendré une accumulation massive de déchets parfois toxiques. Il faut donc inciter les entreprises à concevoir des pièces et matériaux réutilisables pour la conception de produits neufs et de s’assurer de la non-toxicité des pièces qui devront être jetées.

Produits biologiques

Les produits biologiques tels que les aliments ne sont pas toxiques et peuvent donc être très facilement réutilisés en tant qu’engrais par exemple. Est ainsi né le compostage, recyclage de matière alimentaire pour créer un engrais naturel tout en limitant la consommation de détritus au sein des foyers.

L’éducation au recyclage

Depuis une vingtaine d’années, on a vu l’émergence d’une prise de conscience collective autour du recyclage. Les pouvoirs publics enseignent désormais dès le plus jeune âge les méthodes de recyclage appropriées tout en incitant, par l’éducation, à limiter le gaspillage. Sensibiliser la population aux difficultés de traitement des déchets est une priorité pour favoriser la croissance de l’économie circulaire.

Economie circulaire et consommation collaborative

La consommation collaborative, dont l’un des principes est la réutilisation d’un bien par un autre consommateur via la vente, l’échange ou le troc, a un impact direct sur l’économie circulaire. En prêtant ou en revendant un bien qui a encore les capacités d’être réutilisé au lieu de le jeter, les acteurs de la consommation collaborative limitent leur production de déchets. De ce fait, ils font diminuer la demande en production et donc l’utilisation des ressources naturelles nécessaires. La consommation collaborative vient donc freiner en amont de la chaîne l’émission de produits dont le recyclage pourrait faire défaut. En allongeant la durée d’usage des produits, la consommation collaborative contribue donc activement une boucle vertueuse pour l’écologie.

VOTRE TARIF